Durant la guerre d’indépendance américaine

La guerre d’indépendance américaine

La mise en œuvre de cette nouvelle stratégie fut favorisée par la venue d’hommes nouveaux aux commandes du pays, suite à l’avènement en 1774 sur le trône de France du roi Louis XVI et des risques de guerre qui s’annonçaient suite à la volonté d’indépendance de 13 colonies anglaises d’Amérique. En 1776, alors les États d’Amérique viennent de proclamer leur indépendance, l’homme fort en Bretagne est désormais le marquis de Langeron, commandant en chef de la Province. A l’inverse de ses prédécesseurs, le marquis de Langeron était un innovateur. Il reconnaissait que les stratégies, en matière offensive, avaient évolué et qu’en conséquence il fallait s’adapter et apporter une réponse défensive appropriée. C’est pourquoi il adopta les conceptions nouvelles développées par un certain Carlet de la Rozière et avec l’aval de Louis XVI, il ordonna la construction du camp retranché, en avant de Brest. L’année 1776 marquera le début des grands travaux qui animèrent l’activité dans les paroisses limitrophes de Brest (on ne parlait pas encore de communes). Quatre des cinq forts, formant ce camp retranché, furent construits sur le terroir de Saint-Pierre-Quilbignon. Commencés à la fin de 1776, les travaux allaient durer 10 ans. Au sujet de Montbarey, il est intéressant de noter que ce fort se nommait initialement, fort de Saint-Pierre. Cette dénomination faisait référence au bourg de Saint-Pierre-Quilbignon, situé à 500 mètres à l’est de ladite construction. Mais la vanité humaine, qui n’a guère de limite, fit que certains officiers du génie, agissant en courtisans zélés de leur ministre, le prince de Montbarey, émirent la proposition de l’honorer en substituant son nom prestigieux à celui plus commun de Saint-Pierre. Le prince de Montbarey, alors ministre de la guerre, adhéra totalement à ce vœu qui fut le couronnement de la visite qu’il effectua en 1779 à Brest. A noter qu’à cette époque, le ministère de la guerre se différenciait du ministère de la marine. En 1779, le ministre de la marine était le comte d’Alby, Antoine de Sartine, en place depuis 1774. Par contre quelques années auparavant, de 1761 à 1766, Choiseul cumula la responsabilité des deux ministères. Après le désastre de 1763, il sut avec bonheur et efficacité redresser la situation et préparer la revanche.

Source : wikibrest

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *