Montbarey et l’indépendance américaine. 1. Les Bretons dans la guerre

Le fort Montbarey est construit dans un contexte de fortes tensions géopolitiques internationales à la fin du XVIIIème siècle. Les colonies britanniques en Amérique exigent une plus grande autonomie face à la main-mise de la couronne anglaise qui augmente de manière considérable ses prélèvements fiscaux. Selon le principe de « l’ennemi de mon ennemi est mon ami », la monarchie française soutient les insurgés et envoie des troupes en soutien. Leur présence fait pencher l’issue du conflit du côté des insurgés. Une partie des escadres envoyées en Amérique part de Brest. C’est sur cette histoire que revient cette série d’articles dont voici le premier volet. Une exposition temporaire, présentée dans l’arrondissement sud du fort Montbarey revient sur cette épopée. 

Répartition des effectifs de marins dans les quatre escadres

Les quatre escadres ensemble, on trouve 10 444 Bretons sur un total de 33 256 marins : la participation bretonne se monte à 31,4 %. Cette participation est moindre dans l’escadre placée sous les ordres de l’amiral d’Estaing qui part de Toulon, ne compte que 22,9 % de Bretons mais rassemble plus de Languedociens et de Provençaux.

Escadre Effectif total lacunes Bretons % de Bretons
du comte d’Estaing 12 072 504 2 768 22,9 %
du comte de Grasse 12 230 666 4 471 36,5 %
des comtes de Grasse et de Guichen 4 490 191 1 472 32,9 %
du comte de Ternay 4 464 262 1 733 41,0 %
Ensemble 33 256 1623 (4,9%) 10 444 31,4 %

Quelle était leur origine géographique ?

Vu le grand nombre de marins, la détermination de leur origine géographique est approchée via deux études :

  1. l’analyse portant sur l’origine géographique des marins bretons portés décédés entre 1778 et 1783,
  2. le dépouillement exhaustif des rôles des équipages, pour dix des vaisseaux qui formaient l’escadre commandée par d’Estaing.
Dans la première étude,ce sont les villes maritimes qui fournissent la majorité des 1 290 marins tombés outre-mer :
Saint-Brieuc, Saint-Malo,Dinan, Brest-Recouvrance et Nantes.Capture d’écran 2015-08-12 à 13.44.52
La seconde étude concerne la moins « bretonne » des quatre escadres. Mais l’analyse statistique confirme les résultats tirés de la 1er étude. De nouveau, se trouve soulignée l’importance tenue par les cités de la côte nord :Dinan, Saint-Brieuc, Saint-Malo,

Brest, Morlaix, principalement.

Capture d’écran 2015-08-12 à 13.45.08

La participation bretonne en fonction de la hiérarchie

(Chiffres arrondis, ensemble des quatre escadres)

Ensemble Etats-majors Officiers-mariniers Equipages
Effectif total 33 260 1350 4 350 27 560
Effectif breton 10 500 100 1 700 8 700
% de Bretons 31,5 % 7,4 % 39,0 % 31,5 %
Composition de l’effectif breton 10 500 : 100 0,9 % 16,1 % 82,8 %
Comparaison de l’effectif total 33 260 : 100 4 % 13,0 % 82,5 %

Comparés aux pourcentages de participation des Bretons à l’effectif d’ensemble, on note leur proportion très supérieure en équipages et leur proportion largement inférieure en officiers et officiers-mariniers.

Source « Les Bretons de la « Royale » dans la guerre d’Indépendance américaine » par Jean-Pierre Goubert

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0399-0826_1977_num_84_3_2897#

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *