La Journée nationale de la Résistance, c’est le 27 mai !

La date commémorative du 27 mai fait référence à la 1ère réunion du Conseil national de la Résistance (CNR), le 27 mai 1943 dans l’appartement de René Corbin, au premier étage du 48 rue du Four à Paris.

Délégué du général de Gaulle, Jean Moulin crée ce conseil dans le but d’unifier les divers mouvements de Résistance désorganisés et cloisonnés, et de coordonner leur action.

Sous la présidence de Jean Moulin, le CNR réunit les représentants des 8 grands mouvements de résistance, des 2 grands syndicats d’avant-guerre ainsi que les représentants des 6 principaux partis politiques de la 3ème République.

A la Libération, le programme d’action de la Résistance, appelé « Les jours heureux », paraît en 1944 et génère la mise en œuvre de réformes économiques, sociales et politiques donnant la priorité à l’accès à l’éducation pour tous et posant les bases du modèle social français.

Il inspire également la rédaction du préambule de la Constitution de la 4ème République, qui fait partie des textes fondamentaux de notre droit actuel.

La Journée nationale de la Résistance est l’occasion d’une réflexion sur les valeurs de la Résistance et permet de rappeler aux jeunes générations l’engagement des hommes et des femmes qui se sont levés contre l’occupant nazi et le régime collaborationniste de Vichy.

En Finistère, deux figures auront symbolisé l’honneur de la Résistance et en la coordonnant pour plus d’efficacité : Mathieu Donnart (alias Le Poussin) nommé chef de l’Armée Secrète dans le Finistère par le général Audibert,, torturé et fusillé en 1944. Et Paul Fonferrier (alias Rossignol), son adjoint et conseiller militaire, torturé puis déporté, mort en déportation juste à la libération des camps (1945).

Rue du Four, Paris 6ème
Mathieu Donnart, Finistère, image Maitron
Paul Fonferrier, Finistère, image Alain Fonferrier
Jean Moulin, image ONACVG https://www.reseau-canope.fr/enseigner-la-resistance/D242
Partager cet article

Leave a Reply