Marins à tout faire – des unités de fusiliers-marins, certaines peu connues aux destins divers.

Il y a celles qui par tempérament ou à cause du déroulement des combats, ont pris la lumière et celles que l’on pourrait baptiser d’appoint par nécessité, sans pour autant démériter.


Le 1e BFM/RFM de la France Libre ne fut pas la seule unité de fusiliers – loin s’en faut – mise sur pied pour les opérations de la 2e guerre mondiale. Outre le bien connu 1er BFMC de 1942, du lieutenant de vaisseau Kieffer, les FNFL ont encadré quatre autres bataillons de fusiliers.

Le 2e BFM mis sur pied à la fin de l’été 1940, qui végétera et à terme constituera un vivier pour les autres unités opérationnelles ce qui entraînera peu ou prou une dissolution lente.

Le 3e BFM est de loin, le moins connu. Sa création répond alors à un besoin politique du début 41, un accord a été signé dans le mois de mai entre un membre du Comité National Français et un représentant du Conseil National Basque pour faire naître un bataillon aux accents étrangers est formé de volontaires hispanophones, recrutés parmi les rangs des anciens républicains espagnols exilés du moment, dans le sud de la France et en Amérique du Sud. Parmi eux, le colonel Marenco recevra une commission temporaire de capitaine de corvette et prendra le commandement de la nouvelle unité. Ce bataillon est créé le 11 septembre 1941. La visée stratégique est longue, tournée vers de potentielles opérations dans le cas où Franco déciderait de faire entrer l’Espagne dans la guerre mondiale. Au 3e BFM en formation, Kieffer qui parle l’espagnol, a pour adjoint l’aspirant Bernanos, le fils de l’écrivain. Ce bataillon ne survivra pas à « un chicaya » Marenco – Kieffer et à la démission de l’amiral Muselier, début 1942.

Le Régiment Blindé des Fusiliers Marins créé en 1943 et intégré dans la division Leclerc sera dissous à la fin de la guerre.

Enfin, le 4e RFM est structuré à 4 compagnies à la Libération (à partir de fin 44) pour prendre part aux derniers combats du front de l’Atlantique. Dissous en 1945.

Partager cet article

Leave a Reply