Une fin dramatique dans le désert, février 1941, in memoriam

Je ne vais pas ici vous parler de la prise du Fort d’El Tagh dans l’Oasis de Koufra (Libye) en mettant en scène le colonel Leclerc. Mon propos est plutôt de proposer au souvenir de quelques-uns mais aussi à la connaissance d’autres, une catastrophe qui a eu lieu sur une languette ensablée et désertique du Massif de l’Ennedi au Tchad à la fin du mois de février 1941.

Le bombardier léger Blenheim du Groupe réservé de bombardement n°1, déployé à Ounianga Kebir (Tchad), piloté par le sergent Georges Le Calvez, a décollé le 4 février 1941 pour Koufra. Sitôt mission accomplie l’avion qui faisait cap vers sa base, s’est perdu vers l’Est ayant raté ses amers. Réservoir vide, le bombardier s’est posé en catastrophe à plusieurs centaines de kilomètres de toute âme qui vive.

L’appareil et les corps momifiés ont été retrouvés par hasard, 18 ans plus tard.

Les découvreurs d’alors ramèneront quelques objets dont un calepin de bord desséché, entretenu jusqu’à la mort de soif de son auteur, dernier vivant.

In Memoriam :  Pilote – Georges Le Calvez ; Chef de bord et navigateur – Sous-Lieutenant Gérard Claron ; Radio et mitrailleur – sergent-chef Fernand Devin.

Guy Crissin, Ecrivain d’Histoire

Partager cet article

Laisser une réponse