Joséphine Baker : Trois (fortes) femmes en une.

Star internationale – Agent de renseignements – Mère de famille nombreuse d’enfants adoptés.

Américaine de naissance puis définitivement française par mariage, elle devint dès 1925, à Paris, une étoile montante du Music-Hall. Rapidement, le tout Paris en fit « sa Perle Noire ». Pétrie d’humanité, activiste et résistante dans l’âme, elle avait fait siennes de nobles causes dans sa prime jeunesse. Dès le début de la guerre, elle s’était impliquée dans la résistance à Hitler et participait à la cause de la France Libre dès 1940 ; et c’est avec le même esprit de militante active que plus tard, en 1963, elle était présente à La Grande marche sur Washington aux côtés de Martin Luther King, où elle prononça son propre discours avant d’entendre de la bouche du leader noir, le célèbre « I have a dream ».

Sa rencontre déterminante avec Jacques Abtey, chef du contre-espionnage français à Paris, l’avait déjà mise en position d’être agent de renseignements tout en menant sa carrière artistique de dimension internationale. Avec Jo Bouillon, son troisième mari, chef d’orchestre, elle a élevé en Dordogne ses douze enfants, adoptés, d’origines et de religions différentes. Cette filiation exceptionnelle reflète – si besoin était – le caractère hautement humaniste de l’artiste.

Elle était titulaire de nombreuses décorations : Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de guerre avec palme, Médaille de la Résistance avec Rosette, Médaille commémorative des services volontaire dans la France Libre.

Joséphine Baker est inhumée dans la Principauté de Monaco.

Guy CRISSIN – photo frasques.com / johnny scrapbook

Partager cet article

Leave a Reply